Home / maison IV

maison IV

Maison IV août 14 -3LA MAISON IV DE CHIFFRE

La rue Guillaume Puy, qui aboutit à la porte Limbert, est traversée, non loin de cette porte, par une autre rue qui est certainement l’une des plus curieuses du vieil Avignon, à cause du cours d’eau qui la longe et des immenses roues à armature de fer et à palettes de bois que le courant actionne et entretient dans un perpétuel mouvement giratoire.

La première de ces deux rues portait autrefois, depuis l’intersection jusqu’à la sortie de la ville, le nom de rue du Portail-Imbert-Neuf et prit ensuite celui de rue des Clefs ; la seconde s’appela successivement rue du Portail-Imbert-Vieux, rue du Cheval-Blanc et enfin rue des Teinturiers. Le canal, dit Sorgue du Chapitre, finit par recevoir, dans les temps modernes, la dénomination de la voie dont il suit la parallèle.

plan

Au croisement de ces deux rues a été construit en 1493, la Maison IV de Chiffre. Influencés par la présence papale en Avignon, des historiens ont attribué cet édifice à un cardinal, d’autres pensent que cette maison appartint à Jacques Cœur ; mais aucune de ces deux versions n’est juste, la construction de cette bâtisse étant postérieure à ces époques.

maisonIVSi le nom de constructeur de cet immeuble est inconnu, le premier propriétaire recensé est le sieur Rousset en 1736 ; le second étant Antoine-Adrien Buffardin qui, sous Louis XVI fit subir à la façade une réfection. Buffardin était fileur et moulinier en soie.

D’autres propriétaires se succédèrent : Xavier Bérard, bijoutier à Paris (1860), le fondeur en cuivre François Régnier (1869), le brasseur Eugène-Jules Gros (1905)…

A la fin du XIXe siècle, on perça la rue Guillaume Puy et une bonne partie de l’hôtellerie des Logis des Clefs attenante à la Maison IV de Chiffre tomba sous la pioche ; ce qu’il en resta dut être remanié et ne garda plus qu’une face très exiguë sur la rue des Teinturiers. Le propriétaire d’alors, M. D’Izarny achète la partie s’appuyant sur sa maison.

symbole

Le Quatre de Chiffre est un de ces rébus qui font le tourment des chercheurs et des archéologues. On le rencontre partout : sculptures, tapisseries, cachets, ouvrages de serrurerie. Le type le plus commun est celui qui représente un globe ou un coeur surmonté d’une croix dont l’extrémité supérieure se termine en chiffre 4 et dont la hampe est barré, entre le cœur et le chiffre, d’un ou deux croisillons de longueur toujours inégale. Les détails varient beaucoup ; ainsi le 4 est souvent remplacée par un autre croisillon ou – comme pour la maison de la rue des Teinturiers – par un X ; la base de la hampe, pénétrant dans le cœur, y forme soit une croix, soit un tau renversé, soit une ancre, etc.

 

En 1983, le Conseil Général du Vaucluse se porte acquéreur de la Maison IV de Chiffre. D’importants travaux de rénovation et d’aménagement furent entrepris pour faire une maison d’Associations.

Depuis 2002, la convention signée entre l’Assemblée Départementale et l’Aprova 84 a fait de ce lieu l’Espace Ressources Associations Vaucluse.

Télécharger l’historique de la Maison IV de Chiffre

 

Top